« Les métamorphoses » d’Ovide

Extrait du récital-lecture donné le 13 avril 2018 au Port-musée de Douarnenez (http://www.port-musee.org) d’après « Les métamorphoses », dans une traduction de Marie Cosnay et publié avec l’aimable autorisation des éditions de l’Ogre.

Publicités

Ana Tot, « méca »

Présentation-lecture des 30 juin et 20 juillet prochain au midi-poésie du café-librairie l’Ivraie: Ana Tot, « méca », éditions le Cadran ligné.
Ana Tot, "méca"Née en 1968 en Uruguay, Ana Tot vit entre la France et l’Espagne.
Porteur du flot des pensées qui nous traversent à chaque instant, « premièrement il y a le verbe ». Ana Tot s’y arrête pour les démonter l’une après l’autre avec l’opiniâtreté d’une philosophe des origines, déploiement mécanique de la logique initié par Gherasim Luca. Ces poèmes en prose n’ont rien d’absurde: que l’on y soit attentif ou pas, le sens est toujours là et si le syllogisme guette, on y croise parfois des légèretés de comptine, « on dit ce qui est, mais alors ce n’est pas ce qui est dit qui est dit, c’est ce qui est dit qui est ». Jamais découragée la langue interroge la langue, pensée déductive qui chemine avec une burlesque obstination et jusqu’au vertige, « il n’y a plus d’avenir qu’une surface réfléchissante, sur une autre surface en miroir, le reflet de son propre reflet ». L’auteur se retrouve souvent nez à nez avec un double qu’elle convoque et qui peut aussi bien être son lecteur, « …ta langue mécaniquement tu la rentres dans ma bouche ».

J. Vincent

Après les Contemplations…

…Patrick Keroak (merci à toi) nous adresse ce texte:

LA CENDRE ET LE CLINQUANT

Ben deux-cents ans, mon vieil Hugo, ça fait un bail !
Ici rien de nouveau – sauf que l’Esprit est mort.
Cosette à Koh-Lanta a trouvé du travail
Et la poésie se pratique comme un sport.
Nous n’avons plus de goût que pour l’artificiel,
Tout ce qui nous délie de tes Contemplations
Et dans le vain effort de la compétition
Nous voici tenus à rendre concurrentiel…
Alexandrin ! – Mais le challenge est dispendieux :
Il y faut, sans dopage avant compte à rebours,
Rien moins que le mental acéré d’un Bourdieu
Et la forme du marcheur au « Paris-Strasbourg » !

Demain, à l’aube, et l’arrivisme en aparté, sans attendre
Entrainons-nous pour l’exploit de la liberté…d’entreprendre !

Vendu pour vous ce monde, médusant radeau,
Ivres de la vie, jeunes gens prenez garde aux
Choses que vous dites ou faites sans le cœur :
Tout empli de l’amour de sa Léopoldine,
Oublieux de Cosette à la Coupole on dîne,
Reniant ses convictions pour une place au chœur…

        (Choses vues)

Horreur économique et télés viragos…
Univers technicien au monstrueux ego…
Guerres lasses d’enfants perdus dans leurs legos…
ŒUVRER, oui…Mais cesser quand l’ambition crie « GO » !